Appel pour la diversité culturelle et musicale en France

La diversité culturelle est une réalité en France. Gommées, reléguées, uniformisées, les identités multiples qui la composent sont pourtant un levier d’échanges, de partage, d’égalité, de dignité pour mieux faire et vivre ensemble. À l’heure où les débats liés à la mobilité internationale, l’immigration et l’identité créent un phénomène de repli chez un nombre croissant de nos concitoyens, nous demandons des politiques et des actions qui soutiennent la reconnaissance et la valorisation de toutes les expressions de la diversité culturelle.
Plus qu’un genre esthétique, les musiques du monde sont un outil politique et social qui valorise la diversité culturelle, ses acteurs professionnels en sont des porte-voix.
Dans le cadre de la campagne #AuxSons lancée par Zone Franche, le réseau des musiques du monde, nous voulons faire entrer la diversité culturelle dans le débat électoral des présidentielles et des législatives.

 

Nous votons pour :

 

1 – La valorisation des richesses de la diversité culturelle

Le monde, ici et ailleurs, est une mosaïque de cultures en interaction permanente. Elles sont aussi dignes les unes que les autres. Cette diversité est une richesse tant humaine qu’économique à condition qu’on y ait accès et qu’on la partage. Contre une vision uniforme du divertissement régie par une culture consumériste, nous voulons un monde de la pluralité des langues, des imaginaires, des patrimoines, des mots, des sons. Pour mieux se comprendre, pour ne pas avoir peur de l’autre, nous souhaitons que cette pluralité trouve sa pleine place dans l’espace public.

2 – Le respect des personnes et de leurs droits culturels

L’identité culturelle de chaque personne est multiple et non figée. L’assignation à une identité unique est dangereuse et ne sert que les discours d’exclusion. Chaque personne a le droit d’exprimer son identité culturelle et d’avoir accès à celle des autres pour mieux faire humanité ensemble.
Les droits culturels, reconnus par les conventions de l’Unesco et la loi française, font partie intégrante des Droits de l’Homme. Fidèles à une vision politique de la culture, nous demandons que les droits culturels deviennent un référentiel pour l’ensemble des politiques publiques.

3 – Le soutien à la création artistique et à l’émergence de nouveaux artistes

Les musiques du monde sont minorées dans nos institutions culturelles, marginalisées par les musiques de grande consommation. Elles souffrent aussi d’un déficit médiatique. Elles sont pourtant largement partagées, vécues, plébiscitées, à travers villes et territoires. De nouvelles générations s’y ressourcent ou s’en inspirent. Elles suscitent des œuvres originales, véhiculent des valeurs de partage et de mémoire. Mais ces esthétiques doivent trop souvent compter sur leurs seules ressources pour avancer. Elles ont besoin d’un soutien conforme à leur impact sociétal, tant au niveau de la création, de la production, de la diffusion, que de la médiatisation.

4 – La libre circulation des artistes et de leurs œuvres

Dans un monde où la finance et les marchandises se jouent des frontières, la migration et la circulation des personnes sont souvent perçues comme une menace. La circulation des artistes et de leurs œuvres se heurtent aujourd’hui à des obstacles politiques qui empêchent l’expression de la diversité culturelle.
Nous réclamons une liberté de circulation des artistes en Europe et entre le Nord et le Sud ainsi qu’une harmonisation des juridictions entre les États.

5 – Des échanges internationaux équitables entre le Nord et le Sud

Les musiques du monde, qui sont celles de la planète, sont au cœur de l’échange inégal. Pour s’affirmer, elles sont souvent confrontées à des obstacles insurmontables mettant à mal des carrières artistiques. Cette inégalité se manifeste à travers les coûts des voyages des artistes, les problèmes juridiques liés à leur circulation, leur statut dans leurs pays. Nous revendiquons la mise en place de moyens et de mécanismes pour des échanges internationaux plus équitables entre le Nord et le Sud.

6 – Le soutien aux entreprises guidées par les valeurs de l’économie sociale et solidaire.

Comment favoriser l’existence d’une communauté de citoyens égalitaires, tout en respectant les identités culturelles ? Les musiques du monde, directement liées aux enjeux de la citoyenneté et de l’éducation populaire, s’appuient sur des valeurs de respect, de démocratie, de solidarité et de partage. A ce titre, les acteurs des musiques du monde, professionnels ou amateurs, sont porteurs d’entreprises guidées par les valeurs de l’économie sociale et solidaire qui demande à être mieux soutenu.

#AuxSons citoyennes et citoyens !

 

Signez l’Appel pour la diversité culturelle et musicale

et soutenez la campagne

Déjà 1299 signatures