Emmanuelle Troy – Ar’Khan Asso

1. Quel est votre métier et en quoi consiste t-il ?

Exerçant peu ou prou tous les métiers cités (créa, diffusion, com’ et créa graphique, pédagogie…) le plus important pour moi, en résumé, c’est créer tous azimuths, chanter, explorer, partager, vibrer et faire vibrer…

2. Qu’aimez-vous dans ce métier ?

L’ouverture au monde et à l’humain, les rencontres – avec toutes sortes de publics, avec de belles personnalités musicales, avec des professionnels engagés et charismatiques.

3. Que représentent pour vous les musiques du monde (artistiquement, philosophiquement) ?

La liberté d’explorer, se laisser surprendre, toucher par cet inconnu qu’il faut cesser de redouter ou mépriser ! Un enjeu majeur dans notre monde uniformisé, et le meilleur vecteur de partage entre les peuple.

4. En quoi votre profession et Zone Franche vous permettent-ils d’être un outil de la diversité culturelle ?

Le meilleur moyen de proposer aux gens de s’ouvrir à des émotions musicales inédites, loin des replis identitaires ! Surtout en ce moment… Et de tenter de sortir de l’oubli, en se les incorporant, des traditions souvent inconnues car hors mode (pour ma part, Asie Centrale, Tibet, entre autres…). Zone Franche est à cet égard un outil précieux  de représentativité

5. Quel est le problème aujourd’hui dans votre secteur ?

Terrible frilosité de beaucoup programmateurs et autres décideurs du « goût des autres » ! Garantie de rentabilité exigée par les politiques… Même parmi les scènes « musiques du monde », plus vraiment de place pour les coups de cœur hors réseau, fonctionnement en circuit de plus en plus fermé, c’est un comble !

6. Votre vœu culturel pour 2017 ?

Ouvrir, ouvrir, ouvrir : aérer en grand, contre la routine, la pression, contre tous les fanatismes et replis sur soi !

 

Ils sont déjà 2420 à avoir signé l’Appel, et vous ?