Nicolas Dupont-Aignan : le patrimoine comme priorité

 

Le programme de Nicolas Dupont-Aignan synthétise à la fois des idées de la droite de François Fillon pour ce qui est de la culture, et des idées frontistes de Marine Le Pen concernant la politique d’immigration et de la “cohésion nationale”. Le parti Debout la France créé en 2008, se définit comme la section gaulliste de la droite. Le candidat Nicolas Dupont-Aignan propose aux premiers abords un programme culturel plutôt long et assez détaillé. Cependant un très grand nombre de mesures concerne uniquement sa thématique prioritaire pour la culture : la préservation du patrimoine. Développée à travers une quinzaine de mesures, la revalorisation des biens patrimoniaux passe notamment par l’élargissement du domaine d’action du Ministère de la culture au tourisme. Nicolas Dupont-Aignan envisage de plus la numérisation et mise en ligne du patrimoine français par le biais d’une plateforme numérique. Il propose de revoir la réglementation qui articule développement durable et défense du patrimoine, en prenant le soin de valoriser cette dernière. Comme François Fillon, il souhaite étendre les missions de la Fondation du Patrimoine et consacrer 400 millions par an à la défense du patrimoine.

Outre cette dominante patrimoniale, le programme culture de Nicolas Dupont-Aignan développe de plus des propositions sur l’éducation artistique et culturelle. Il souhaite redonner une place importante à l’Histoire de l’Art, mesure également mise en avant dans le programme du parti Les Républicains. L’accès du public scolaire aux institutions et lieux culturels doit en outre être favorisé, ainsi que l’intervention d’artistes dans le système éducatif.

Nicolas Dupont-Aignan énonce ensuite quelques mesures destinées à favoriser l’accès à la culture pour tous. Il souhaite mettre en place un “ticket découverte culturelle” par an et pour tous les français. Il veut “mettre les services publics audiovisuels au service de la transmission de la culture”, l’idée est de diffuser une oeuvre classique sur les chaînes principales par mois. Nicolas Dupont-Aignan semble donc par ces deux mesures faire sien du  concept de démocratisation de la culture comme la plupart des candidats. Si ces deux propositions paraissent bien faibles quant à l’objectif de favoriser l’accès de la culture à tous, l’ensemble du programme culture de Debout la France n’entre pas dans une dynamique de véritable  démocratie culturelle. Dépassant le terme de démocratisation culturelle introduit par Pierre Bourdieu, le concept de démocratie culturelle s’oppose à l’idée d’une culture légitime devant être accessible du fait de cette supériorité (logique descendante), et d’une culture illégitime. La démocratie culturelle s’inscrit dans une logique ascendante.

Sa proposition visant à établir un plan de sauvegarde des établissements culturels en milieu rural semble intéressante. Cependant les églises sont aussi comprises dans ce plan, or les besoins d’un établissement culturel et d’une église ne sont pas les mêmes et ne relèvent pas de la même logique, on peut donc remettre en question la réelle finalité de cette mesure dont les objectifs semblent flous.

Enfin sur la question budgétaire, le candidat ne se prononce pas sur une augmentation du budget du Ministère de la Culture, hormis celui du patrimoine. Par contre il valorise tout comme François Fillon, le mécénat d’entreprises incité par des avantages fiscaux. Enfin sur le numérique, il souhaite abroger la loi Hadopi et mettre en place une licence globale.

Sa vision de culture s’inscrit dans la conception classique de la droite, avec un accent tout particulier sur la défense du patrimoine. Le spectacle vivant est très peu pris en compte dans ce programme ainsi que la situation des artistes en France.

Lorsqu’on se penche sur l’ensemble de son programme, , Nicolas Dupont-Aignan développe une conception de la France et de sa culture qui laisse peu de place à la diversité culturelle. Évitant le terme d’identité nationale, expression référencée au discours de la droite de Sarkozy et au programme de Marine Le Pen, le candidat de Debout la France développe une section consacrée à la “cohésion nationale”. On y retrouve des mesures communes avec le Front National comme par exemple la sortie de l’espace Schengen et le rétablissement du contrôle aux frontières. Sous la présidence de Nicolas Dupont-Aignan, la procédure d’expulsion des étrangers en situation irrégulière serait facilitée : la procédure serait concentrée aux mains du juge administratif et écartée du juge des libertés et de la détention. Tout comme le Front National, son programme regroupe l’instauration de quotas d’immigration, le durcissement des regroupements familiaux et de la naturalisation par le mariage. Assez anecdotique mais révélateur d’une certaine forme de patriotisme, Nicolas Dupont-Aignan veut de plus réintroduire l’apprentissage de la Marseillaise à l’école.

Le candidat s’affiche donc clairement contre la liberté de circulation des personnes et pour la défense d’un patrimoine français défini et limité. L’Appel pour la diversité culturelle et musicale revendiquant la liberté de circulation des artistes et l’application des droits culturels ne peut cautionner de telles mesures, à l’opposé des valeurs de solidarité, d’échanges culturels et d’humanité.